Journal de la construction d'une maison en botte de paille
Header

Ca avance lentement, mais lentement…

décembre 1st, 2008 | Posted by Matthieu in Journal de la construction

La cave, si vous reprenez le plan, c’est cette petite pièce qu’on a mis au nord, contre la cuisine. Le toit n’était pas encore fait, on a donc commencé. Bernard et Domi sont venu m’aider pour poser le pare-poussière, et la volige apparente par-dessous. On a pas commencé l’isolation en botte de paille toute de suite, car je voulais d’abord poser les chevrons du porche, de manière à pouvoir faire tout ce toit d’un coup. (le porche est la continuation du toit de la cave, au dessus de la porte d’entrée.
Pour poser les chevrons du porche, il fallait d’abord mettre le poteau, et pour poser le poteau, il fallait faire un pilotis. J’ai donc commencé par là. J’ai fait ça avec des pierres et un béton de chaux, vu qu’il me reste plein de chaux.
Bon, le problème de la chaux, c’est que ça sèche lentement, mais lentement…
Et donc, une fois le poteau mis, j’ai pu poser les chevrons (enfin, c’était pas si simple, parce qu’il fallait faire plein d’ajustements, ça m’a pris un temps fou).
avance lentement mais lentement...

En même temps, je me suis occupé de siliconer les tasseaux sur le toit, pour éviter de nouvelles infiltrations par les trous des agrafes. J’ai d’abord commencé à le faire avec un pistolet à main, mais bon, au bout de 6 tasseaux, j’en pouvais plus. Michaël m’a donc prêté son pistolet à silicone qui fonctionne à air comprimé. Vraiment génial, comme outil. C’est tout con, et ça fonctionne vachement bien :
avance lentement mais lentement...
Il n’y a même pas de piston, c’est l’air qui pousse à l’intérieur de la cartouche. Du coup, quand on relâche la pression, ben ça s’arrête de couler immédiatement, à la différence d’un pistolet à main.
avance lentement mais lentement...
Bon, faut chopper le coup de main, quand même. Le premier tube, il s’est vidé en 30 secondes. Il a fallu que j’adapte la pression du compresseur, et la taille de la découpe en biseau de la douille.
Au début, ça fait un peu des pâtés comme ça  :
avance lentement mais lentement...
Mais à la fin, je te faisais ça avec une régularité et une vitesse, mon pauvre  !
avance lentement mais lentement...
Enfin bon bref, je me suis rendu compte que d’une part, il y avait d’importants jours sous les tasseaux, du fait des différences d’épaisseur de volige, et que donc l’eau pouvait facilement passer en dessous, et que d’autre part, j’avais été plus que généreux sur le nombre d’agrafes, et que par rapport à la pose classique, avec 3-4 clous par tasseau, j’avais balancé 10-15 agrafes par tasseau, soit quantité de trous. Ce qui explique ces fuites.

Après la pluie suivante, je suis retourné voir, et il y avait encore de l’eau qui était rentré. Moins quand même, mais suffisament pour traverser la paille, et goutter par le plafond. Je suis donc remonté, et j’ai colmaté encore plein d’endroit où je n’avais pas mis assez de silicone. On va voir ce que ça donne à la prochaine pluie.

Tout ça sans savoir si la paille a commencé à pourrir dedans ou pas. Il faut que j’attende que ce soit sec, pour ouvrir par en dessous en divers endroits, et vérifier que la paille est saine. J’ose pas imaginer la galère si elle a commencé à pourrir…

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 You can leave a response, or trackback.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *