Journal de la construction d'une maison en botte de paille
Header

Bon, ça y est, on va pouvoir attaquer les enduits. Toutes les finitions pailles ne sont pas faites, mais on les fera au fur et à mesure. Je vais avoir un échafaudage (merci Jean-Pierre), donc ce sera plus simple qu’en haut d’une échelle.
J’ai acheté un gros malaxeur aujourd’hui, le sable est rentré mercredi, la terre est sur le terrain, on a des sacs pleins de paille coupée (les restes de la tonte), bref, on est prêt ! ! enfin  !

Donc si ça vous intéresse de venir vous frotter un peu à l’enduit terre, vous êtes les bienvenus sur le chantier. A partir de demain, un peu quand vous voulez, mais passez un coup de fil avant. Par contre, je voudrais organiser quelques gros week-end à partir du 25 juillet. Je sais pas encore trop quand, mais s’il y a des gens intéressés, faites moi signe, et j’essaierai de choisir les dates qui arrangent le plus de monde.

Quelques nouvelles

juillet 2nd, 2009 | Posted by Matthieu in Journal de la construction - (3 Comments)

Bon, donc, depuis mardi, j’ai repris un peu le boulot sur le chantier. En raison de la chaleur, j’ai adopté un rythme estival  : 7h-12h
Pour le moment, toujours dans les finitions paille. Ca risque de durer encore quelques temps. J’espère pouvoir attaquer les enduits avant la fin du mois.

Quelques nouvelles en passant. Ca avance lentement en ce moment, d’une part parce que je n’ai pas beaucoup le temps d’aller sur le chantier, et d’autre part, parce qu’on est toujours dans les finitions avant enduit, et que c’est long, mais c’est looooooong  !

La ceinture

Je vous en ai déjà parlé, avec mes comparatifs d’isolants, j’avais un problème pour isoler la ceinture, qui est chez moi assez grande. Voici un petit croquis qui vous permettra peut-être de mieux comprendre.
bientot enduits mais pas tout suite quand meme
Ca fait donc une hauteur de 55cm de hauteur, ou je ne peux pas rentrer de botte de paille. à l’extérieur, ça fait 15cm à combler, et à l’intérieur, 24cm. Après avoir passé en revue tous les isolants en plaques, pour chercher le moins cher possible, je suis finalement revenu à la paille (10 fois moins cher que le moins cher des isolants), grâce à une idée de Michaël pour la fixer  :
bientot enduits mais pas tout suite quand meme
Je fixe d’abord deux morceaux de « rablette » ces chutes de bois qui séparent les couches de planches et de chevrons quand il est livré, avec des grandes vis de 180mm.

bientot enduits mais pas tout suite quand meme
Et ensuite, je glisse des tranches de botte de paille, puis je serre les vis jusqu’à avoir l’épaisseur voulue, et la densité voulue (en fait, ce serait plus pratique avec des vis de 200, que je suis allé acheter entre temps)

bientot enduits mais pas tout suite quand meme
Pareil, mais avec les rablettes dans l’autre sens, et les tranches de paille aussi. Du coup, je suis un peu juste au niveau hauteur (la tranche de paille ne fait que 45), mais ça avance plus vite, et ça consomme moins de vis.

bientot enduits mais pas tout suite quand meme
Et voilà un mur fini. Sympa, non  ?

bientot enduits mais pas tout suite quand meme
Et à l’intérieur c’est pareil, sauf que vu que je ne vais pas utiliser des vis de 250, je cloue des tasseaux intermédiaire sur les solives.

Une très bonne solution, donc, qui a l’avantage d’être économique et écologique  : le bois et la paille sont de la récupération (des bottes tordues que je n’aurais pas pu utiliser dans les murs), j’ai juste quelques centaines d’euros de vis.

Raser les murs

Avant de pouvoir commencer à enduire les murs, il faut les égaliser, et les nettoyer. Les bottes, justes posées sont d’une part très irrégulières, et d’autre part, on une face « propre », car coupée bien nettes dans la botteleuse, mais une autre face ou la paille est juste pliée, avec des brins qui dépassent, pas du tout pratiques pour faire tenir l’enduit.
Les bouquins et les blogs recommandent donc d’égaliser les bottes avec une débroussailleuse. Je m’en suis fait prêter une pour essayer (avec la lame en métal, pas avec les fils en plastique), et ça a confirmé mon intuition  : ça coupe très bien, mais ce n’est pas très pratique à manier à la verticale et vers le haut. C’est lourd et peu précis. Eventuellement, un modèle « dorsale » ou le moteur est porté sur le dos, et où on a en main juste le manche, mais ces modèles coûtent cher (500-700€)
bientot enduits mais pas tout suite quand meme
(désolé, j’arrive plus à retrouver le site d’où vient cette photo… si quelqu’un se reconnaît, qu’il se manifeste, je mettrai le lien)

J’avais du lire quelque part qu’on pouvait aussi utiliser un taille-haie, mais je n’ai trouvé personne pour m’en prêter un. J’ai donc fouillé sur internet jusqu’à trouver quelqu’un qui en avait utilisé un  :
bientot enduits mais pas tout suite quand meme
et il a gentiment répondu à mon mail  :

le taille-haie électrique est plus précis, plus léger également…
pour effectuer des coupes épaisses, le taille-haie thermique est préférable…
j’ai utilisé les deux types de taille-haie suivant l’épaisseur à tailler
c’est un modèle électrique qui est sur la photo…
je n’ai pas essayé avec la débroussailleuse, le taille-haie electrique convenait parfaitement…sauf que j’en ai grillé un

exemplaire et le second (20e) commence à faire de drôles de bruits…

Je me suis donc précipité chez mon revendeur de matériel de jardin, et j’ai pris un petit taile-haie Stihl à 120€, que je me suis empressé d’essayer  :
bientot enduits mais pas tout suite quand meme
Et si c’est moins puissant que la débroussailleuse, c’est bien plus léger et maniable, surtout pour aller travailler dans les angles comme sur cette photo.

Les enduits

J’ai aussi fait des tests d’enduits avec la terre du terrain, sans la tamiser ni rien. Juste la terre, un peu de paille coupée, et plus ou moins de sable. Ben figurez-vous que ça marche très bien ! ! ! J’ai fait un test sans paille, et effectivement, ça fissure bien plus. Par contre, visiblement, je peux ajouter facilement 50 % de sable, ça reste très collant, et ça devient plus dur en séchant.
bientot enduits mais pas tout suite quand meme
bientot enduits mais pas tout suite quand meme

Michel est aussi venu travailler quelque jours, et il a surtout découpé et poser les planches de dessus de fenêtre. Mais je n’ai pas encore pris les photos, donc je vous en parle dans un prochain billet.

Bon, décidément, plus le chantier avance, plus j’ai du mal à mettre à jour ce blog. Il faut dire aussi qu’il ne se passe pas grand chose en ce moment. On est dans les finitions des murs en paille, et ça avance pas très vite.
Mais il y a deux semaines, les menuisier sont venus installer les fenêtres ! ! Et ça, ça change tout !
Déjà, comme prévue, elle sont super belles. C’est un des plus gros budget de la maison, mais on ne le regrette pas.
Ensuite, grâce au système du précadre et de la pose en applique, elles ont été posées super rapidement. A deux, ils ont mis 1 jour et demi pour les poser, et encore une journée pour les finitions (joints, nettoyage…).

Et du coup, on se croit tout de suite dans une vraie maison. Surtout qu’on a parallèlement à peu près fini les murs.
fenetres installees
fenetres installees
fenetres installees
fenetres installees

Il manque quand même encore la fenêtre de ma cuisine, car quand elle est arrivée, on s’est aperçu qu’elle avait des gonds normaux, et on voulait du oscillobattant (pensez à vérifier et revérifier le bon de commande !). Du coup, ils l’ont remmenée pour faire le changement, et en changeant, ils ont cassé le carreau. Donc maintenant, on attend qu’ils trouvent un nouveau créneau pour venir l’installer.
Peut-être du coup qu’ils en profiteront pour installer les 2 nouvelles fenêtres qu’on a commandées  ! Parce qu’on a craqué  : on met finalement des fenêtres à l’ouest. Des toutes petites, mais quand même. Il faut vous dire que l’ouest, ici, c’est le côté où on a le plus de surchauffe en été. Du coup, on avait prévu une façade ouest aveugle (avec en plus le préau en espace tampon), mais à l’étage, dans la chambre et dans la salle de bain, on s’est aperçu qu’il y avait une super vue. On peut voir Vézénobres qui dépasse, et même un bout des Cévennes. Alors que partout ailleurs, la vue ne porte pas du tout.
fenetres installees

Du coup, au moment de poser les bottes de pailles, on a prévu 2 petites fenêtres comme celles des toilettes, en se disant qu’on installerait tout de suite des volets, si ça réchauffait trop la chambre en été.

Depuis, le chantier n’a pas beaucoup avancé, mais quand même. Petit à petit, je viens à bout du haut des murs, la dernière tranche de botte si longue à mettre. Et puis grâce à l’aide de pas mal de monde, on est aussi en train de finir les cloisons voliges paille.
fenetres installees
Quand dans une pièce, on a fini et les murs et les cloisons, on peut enfin faire un peu le ménage, et virer l’épaisse couche de paille en vrac qui s’était accumulée. Ca fait du bien de retrouver le plancher  !

fenetres installees
fenetres installees
Il faudra que je vous parle plus longuement de ma presse, mais là, j’ai ajouté une planche en biais pour pouvoir faire une botte en biais pour le pignon.

fenetres installees
Julien nettoie le bas du mur à la tronçonneuse, pour pouvoir mettre les 15cm de fibralith.

La prochaine étape avant les enduits et de faire les finitions de la ceinture, des angles et des contour de fenêtre (peut-être même les appuis de fenêtre).

Bois de France

mai 7th, 2009 | Posted by Matthieu in Fournisseurs - (0 Comments)

Pour entamer cette liste des fournisseurs, Bois de France, chez qui j’ai acheté tout le bois de la maison.

Bois de France

30360 Martignargues (Gard)
Téléphone 04 66 83 58 65 (demandez Fabien de ma part !)
Mèl  : bdf@boisdefrance.fr
Site internet  : www.boisdefrance.fr

  • Sciage, Débits et rabotage des bois de menuiserie, ébénisterie.
  • Conception et fabrication de charpentes.
  • Construction maisons bio climatiques.
  • Négoce de matériaux d’Isolation naturels.
  • Produits naturels pour l’entretien des bois.

Quand j’ai commandé le bois pour mon ossature, j’ai demandé des devis à plusieurs scieurs, et à Bois de France, qui est un « négociant en bois et dérivés », parce qu’ils sont à quelques kilomètres de chez moi. Je pensais qu’ils seraint plus cher, et en fait non, Fabien s’est aligné, et en plus, il m’a garanti le taux d’aubier, ce que ne voulaient pas faire la plupart des scieurs.

J’ai été très satisfait de la qualité du bois livré, et surtout de la qualité du service et du suivi  ! J’y retourne régulièrement, pour demander quelques m2 de volige, un chevron que j’ai oublié, un ou 2 fagots de liteaux, etc. Et à chaque fois, Fabien se met en 4 pour me répondre le plus rapidement possible.

Et à la réflexion, j’aurais tendance à vous conseiller de vous adresser à un négociant en bois plutôt qu’à un scieur, pour les raisons suivantes  :

  • il devrait pouvoir vous proposer le même prix que le scieur
  • il a plein d’autres produits dont vous allez avoir besoin (fibres de bois, planchers, lasures, pare-pluie) et souvent à un bien meilleur prix qu’un vendeur de matériaux généraliste
  • il connaît tous les scieurs de la région, et saura choisir celui qui convient le mieux à votre projet
  • et à la condition que ce soit un négociant « écolo », il sera toujours de bon conseil
  • et vu qu’il est habitué à vendre du bois « au détail », vous serez pour lui un « gros client », alors que chez le scieur, vous serez plutôt un petit. Et même si un bon professionnel se doit de servir tous ses clients de la même façon, vu la façon dont certains scieurs ont répondu à mes questions quand j’ai demandé les devis, j’ai bien compris que j’était un peu le cadet de leur soucis avec mes 12m3…

Comparatif isolants

avril 28th, 2009 | Posted by Matthieu in Non classé - (2 Comments)

Après avoir donc utilisé la fibralith pour le bas des murs, j’ai commencé à en mettre un peu à d’autres endroits, comme sur les ossatures doublées ou triplées, que les bottes ne peuvent donc pas recouvrir. Et c’est rudement pratique. Ca se découpe et se fixe très rapidement, ça donne envie d’en mettre partout où on ne peux pas mettre de botte. Mais ça coûte quand même super cher.
J’ai donc fait rapidement une petit comparatifs des isolants en plaque, pour voir si la fibralith était vraiment la plus intéressante  :

J’ai été assez supris de m’apercevoir que le liège était moins cher que la fibralith. Du coup, j’ai cherché un peu des prix de fibres de bois, et c’est encore moins cher (et encore plus isolant ! ! !).
Mais bon, autant il parait clair que la fibralith fait un bon support d’enduit, autant pour les autres, c’est moins évident. J’ai déjà lu qu’on pouvait utiliser le liège en isolant extérieur, mais je suppose qu’il faut un petit grillage, au minimum. Homatherm a l’air de dire qu’on peut mettre du pavatherm à l’extérieur, mais qu’il faut une couche de diffutherm en support d’enduit. Par contre, holzflex semble réservé à l’intérieur.

Un mix de holzflex et de pavatherm semblerait pas mal au niveau coût. Ce sont des matériaux perspirants, donc a priori, pas besoin de pare-vapeur. Faut que je vérifie si c’est possible.

Faut aussi que je calcule combien il m’en faudrait en tout. Mais à vue de nez, c’est au moins 100m2… Donc quasi 4000 €. Mais que de temps gagné par rapport à faire des bricolages en paille, dont la valeur de R ne serait pas garantie…

Un petit message pour revenir sur mon système d’isolation des fondations. J’ai reçu la fibralith, et j’ai commencé à la poser à l’extérieur de ma lisse basse, pour rattraper l’épaisseur de la botte de paille (qui fait 45cm, alors que la lisse basse ne fait que 15). Et Franck, qui est passé avec Hélène tout à l’heure, me mettait le doute en me disant qu’il pensait que la fibralith n’était pas du tout isolante.
Du coup, j’ai repris mes bouquins, et j’ai fait des petits calculs d’autant que je me demande si je vais pas utiliser la fibralith à plein d’autres endroits.
Ce qui est bizarre, c’est que dans le bouquin de terre vivante L’isolation écologiqueisolations fondations petit retour arriere, à la rubrique fibbraglo, ils disent que ça a un delta de 0,09 à 0,1 (ce qui est confirmé par le site du fabricant), tout en précisant que leur capacité d’isolation est « assez médiocre ». Or, je ne vois pas en quoi un 0,1 est assez médiocre, sachant que le boit ne fait que 0,15, et même la paille, dans le sens des fibres, ne ferait que 0,07 (je rappelle que plus le delta est petit, plus c’est isolant).
Et si je fais la somme de 15cm de fibralith+15cm de bois+15cm de liège (voir croquis), j’obtiens un R de 5,7 ce qui est pas mal. C’est un peu moins que kes 6,5 des bottes de pailles, mais on est loin du pont thermique.
isolations fondations petit retour arriere

La météo nous avait promis des orages ou de la pluie tous les jours, et finalement, on a pas eu une goutte de la semaine, et grand beau ce week-end. Dimanche soir, quand on était en train de ranger après un week-end très productif, l’orage s’est fait annoncer par un superbe arc-en-ciel. Le temps de sauter dans les voitures, et c’était la douche  !
murs botte paille avancent vite

Donc cette semaine, grâce à l’aide de Jean-Paul, Maryse et Julien, on a fait plein de murs en paille. Voici quelques photos.
Ca continue cette semaine, et surtout le week-end prochain, pour tout finir avant l’arrivée des fenêtres. Vous êtes bien sûr les bienvenus  !
murs botte paille avancent vite
murs botte paille avancent vite
murs botte paille avancent vite
murs botte paille avancent vite
murs botte paille avancent vite
murs botte paille avancent vite

Bon, je n’arrive pas à trouver du temps pour poster des billets en ce moment. Juste ce petit mot pour vous dire que les fenêtres vont nous être livrées à la fin du mois, et qu’il faut donc que les bottes de pailles soient posées dans les murs d’ici là.

Si vous êtes intéressés par cette partie la plus symbolique de la construction d’une maison en botte de paille, n’hésiter pas à nous contacter, toute aide est la bienvenue. On va essayer d’y bosser tous les week-ends (11-12, 18-19 et 25-26 avril 2009), et aussi un peu en semaine selon les disponibilités de chacun. Une journée est déjà prévue mercredi 8 avril 2009 (après demain, quoi).

  • Pour nous envoyer un mail
  • Pour nous téléphoner  : 06 07 44 17 95

Pose des tuiles

mars 31st, 2009 | Posted by Matthieu in Journal de la construction - (4 Comments)

On a donc commencé par ouvrir le toit à un endroit où je soupçonnais que les bottes étaient mouillées (voir ce billet et celui-ci) et miracle, tout était sec  ! Du coup, on est allé voir une « botte témoin », qu’on avait trouvée complètement mouillée la dernière fois qu’on avait ouvert, en janvier, et qu’on avait laissée telle quelle en la repérant. Elle était vraiment trempée, et là, elle est complètement sèche, même pas moisie  ! J’en conclu donc que si une botte mouillée à coeur a du mal à sécher quand elle est empilée verticalement, elle y arrive quand elle est disposée horizontalement, avec de l’air au dessus et en dessous.

C’était donc la bonne nouvelle de l’année.

pose tuilesEnsuite, par mesure de précaution, j’ai décidé de remettre une couche de pare-pluie, car on avait pas mal abîmé la première en ouvrant pour regarder les bottes. Du coup, on l’a posée dans les règles, et on a enchaîné sur la pose des tasseaux de tuiles. Pour fixer le pare-pluie, on a utilisé une agrafeuse à frapper que m’avait prêté Stéphane. C’est vraiment pratique comme outil.

pose tuiles

Vu qu’il s’agit de tuiles mécaniques avec faîtière vissée, il fallait poser une planche de faîte, constituer d’un morceau d’ossature en 5×15, lardée dans les tasseaux de ventilation à travers le pare-pluie. En a posé les tasseaux de tuile sans chercher à faire les jonctions sur les tasseaux de ventilation, et en mettant une petite cale sous les jonctions.

pose tuilesEnsuite, il fallait poser les crochets de gouttières. Je vous met un petit lexique, car quand on veut appeler les différents vendeurs pour comparer les prix, il vaut mieux savoir de quoi en parle. Ca se pose environ tous les 50-60cm, si j’ai bien compris, mais vu que c’est plus pratique de les mettre sur les tasseaux de ventilation, et que les miens étaient espacés de 40, ben va pour 40 (un sur deux, ça faisait peut-être un peu trop espacé, et comme ça ne coûte pas très cher…)

Donc sur les tasseaux de ventilation, mais aussi par-dessus le dernier tasseau de tuile, qu’il faut doubler pour compenser l’absence de tuile pour soulever le bout de la dernière (je ne sais pas si je suis très clair). On prend donc en sandwich le crochet, et le deuxième tasseau est en fait une tranche de volige, parce qu’un tasseau serait trop épais.
pose tuiles
pose tuiles
pose tuiles
pose tuiles

Il faut les positionner de manière à ce que le bout de la tuile soit à environ 3-4cm du bord de la gouttière, de manière à ce que les gouttes de pluie qui remontent un peu par-dessous la tuile retombe quand même dedans, et qu’en même temps, quand par grosse pluie, le jet ne puisse dépasser la gouttière.

Le lendemain de cette semaine sur le toit, j’ai eu une inflammation du genou, je pouvais à peine poser le pied par terre. Un peu d’immobilité, un peu d’homéopathie, et ça repart  !

Le week-end d’après, c’était enfin les tuiles. Le vendredi après-midi, Jean-Pierre est venu avec son téléscopique pour monter les palette de tuile sur le toit. Au fur et à mesure, avec Michel, on défaisait les palettes et commençait à repartir les paquets de tuile sur le toit. Le toit bougeait sacrement au moment où Jean-Pierre posait la palette et enlevait sa fourche, c’était impressionnant, mais bon, au final, en 2h, on avait monté 10 palettes.
pose tuiles
pose tuiles

Et le lendemain, on a commencé par disposer les paquets de tuiles à intervalle régulier (il faut multiplier la largeur d’une tuile posée, par le nombre de tuile dans le paquet, et en mesurant, disposer les paquets en quinconce sur chaque rang. Ensuite, Manu est arrivé, et on a commencé par poser les tuiles de rive, puis le rang du bas pour vérifier l’espacement, et hop.
Avec la participation de Christophe, on avait fini dimanche en milieu d’après-midi. La rapidité de la tuile mécanique, et presque l’aspect d’une tuile canal d’occasion  !
pose tuiles
pose tuiles
pose tuiles
pose tuiles
pose tuiles